Œuvres choisies

El condor pasa

Ses cinématographes, son grand magasin Go-Sport, ses lieux comme le restaurant Hippopotamus ou le libraire disquaire Fnac, les grands événements culturels comme le lancement du petit paumé ou la coupe du monde de repassage ont fait la renommée de la prestigieuse rue de la République, colonne vertébrale de l’hyper-centre lyonnais . C’est dans ce cadre que Girard et Brunel ont ouvert la voie au « Conisme en majesté ».

Les deux hommes ne se ressemblent pourtant pas tellement dans leur style. Girard est plus mature et plus intellectuel tandis que Brunel est plus audacieux et plus aventureux. Ils ont toutefois un même désir, évoluer vers un Conisme plus majestueux et plus spirituel à la fois. Pendant l’été 2006, Girard et Brunel, transportés par la lumière et les couleurs de la rue de la République, peignent sans répit sur le motif, sous le regard complice et admiratif de Buisson qui a rejoint le mouvement depuis peu.

Certes, chacun garde son style mais les deux peintres ne se limitent plus à décrire simplement leur sujet. Ils transcrivent surtout leurs émotions rendant ainsi plus vivant leur tableau. Ils représentent les choses telles qu’ils les voient et non plus telles qu’elles sont. En 2006, le grand triptyque synthétisant toutes leur recherches sur le thème de la rue commerçante est achevé : El condor pasa .

Ce triptyque, comme illuminé par le soleil de San Diego évoque, par les moyens propres au Conisme, les rythmes saccadés de la musique. Rappelant les sons d’une guitare endiablée, les lignes qui scandent la toile éloignent l’oeuvre de la figuration et la transforment en une image presque symbolique.

El condor pasa
El condor pasa
Brunel et Girard 2006
Triptyque sur bois
180 cm x 160 cm