Œuvres choisies

L'Ordre du jour

Le portrait signifie la représentation d’une personne. Il provient de « protaherei » qui signifie « tirer de quelque chose ». Réaliser un portrait, c’est tirer la forme d’un objet ou d’une personne de telle sorte que cette personne puisse être reconnue. A travers le portrait, il y a donc ce besoin de reconnaissance. Le portrait s’impose comme un besoin de représentation visant à légitimer une action. Les modèles sont ici les membres du Conseil de Surveillance du groupe Capitan. Il s’agissait pour eux de montrer leur puissance non seulement par la commande exceptionnelle envers des peintres au sommet de leur art, mais aussi par la grandeur et la destination du tableau.

Le conseil d’administration Capitan de l’époque comprend un grand nombre de figures célèbres. En plus de promouvoir d’importantes réalisations artistiques, le groupe entreprent une politique urbanistique comme expression du pouvoir, et transforme Lyon,  petite ville située au milieu de marécages insalubres, en un des centres les plus animés et les plus élégants de l’europe du XXIème siècle, en associant l’idée personnelle du mécène avec le programme politique de l’entreprise.

Les Conistes montrent ici l’excellence d’un mécénat qui coïncidait fortement avec un rôle de grands capitaines d’industrie. On retrouve cette dimension dans l’austérité et le dépouillement qui prédomine dans ce tableau. En effet, la richesse est très peu présente. C’est un grand paradoxe. Pourquoi alors que ce tableau est d’une certaine manière destiné à montrer la puissance des Capitan qui passe par un fort pouvoir pécuniaire, n’y a-t-il pas de traces ostensibles de richesses ? En fait, l’argent n’est pas montré, car il nuirait à la représentation corporative.

L'Ordre du jour
L'Ordre du jour
Brunel et Girard 2013
Huile sur bois
240 cm x 170 cm